CBD et interactions médicamenteuses : ce qu’il faut savoir

Le CBD et la Sclérose en Plaques (SEP)
7 mai 2020
CDB et épilepsie
Le CBD et l’épilepsie
29 mai 2020

Parmi les derniers nés de la naturopathie, le CBD ou le cannabidiol est un composé du cannabis sativa. Pris par voie nasale ou orale, il est aujourd’hui utilisé pour traiter toutes sortes de maladies comme les problèmes musculaires, les troubles psychologiques ou pour arrêter la cigarette. Mais qu’en est-il de ses interactions médicamenteuses ?

Les recherches montrent que le cannabidiol, ou CBD, est bénéfique pour traiter et/ou soulager un certain nombre de problèmes de santé et offrir un soulagement pour les personnes qui luttent contre des conditions médicales majeures telles que le cancer, l’arthrite rhumatoïde et la douleur neuropathique périphérique, et ce avec un minimum d’effets secondaires. [1]

D’autres utilisateurs trouvent que les cannabinoïdes contenus dans les produits de CBD contribuent à soulager leurs problèmes de santé mentale. Par exemple, une série de cas publiés dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine indique que le CBD a été jugé utile pour réduire la gravité des symptômes généralement associés au syndrome de stress post-traumatique, dont les cauchemars fréquents.

Bien que ce soit une excellente nouvelle pour les personnes qui cherchent à se soulager, les produits de CBD ne sont pas toujours la meilleure option si vous prenez actuellement des médicaments sur ordonnance. La raison en est que cela pourrait créer des interactions potentielles.

Comprendre le CBD et les interactions médicamenteuses

Selon l’OMS, le cannabidiol en lui-même n’a aucun effet indésirable à condition d’être pris seul. Mais s’il vient en complément d’un traitement médicamenteux, ce sont les effets secondaires de ce dernier qui se feront ressentir. Quel est le mécanisme ? Comme tout médicament, le CBD doit être métabolisé par le foie avant de passer dans tout le corps. Ce processus se fait grâce à des enzymes sécrétées dans le foie, notamment l’enzyme cytochrome P450. Elles transforment ces substances en des métabolites qui sont plus facilement assimilés par le corps.

En conséquence, le CBD s’accapare la majeure partie des enzymes au détriment de l’autre médicament qui sera donc traité plus lentement. Cette présence prolongée dans l’organisme entraîne l’apparition des effets secondaires du médicament.

Les interactions médicamenteuses déjà constatées

En parlant des interactions entre les médicaments et le CBD, MedlinePlus indique qu’elles peuvent être divisées en deux catégories de base. Ceux qui pourraient potentiellement créer une interaction dangereuse et qui, par conséquent, ne devraient jamais être prises avec du CBD, et ceux qui exigent simplement que vous soyez prudent lorsque vous combinez les deux.

Selon une étude datant de 2015, le clobazam interfère avec le CBD. Cette substance est utilisée dans le traitement des crises d’épilepsie.  Le cannabidiol augmentant l’effet du clobazam, les patients ayant combiné les deux peuvent sentir un épuisement accru. Autre cas constaté : les médicaments anti-grippe et antihistaminiques. Ils contiennent de la doxylamine qui, en étant combinée au CBD, entraîne somnolence, confusion et troubles cognitifs. Les analgésiques, même pris seul mais en fortes doses, peuvent entraîner des difficultés respiratoires, coma ou même la mort.  Les risques sont quasiment doublés en le combinant avec du CBD.

Les deux médicaments qui ne devraient jamais être pris, sans avis et suivi médical, avec des huiles ou autres compléments alimentaires du CBD sont le clobazam et l’acide valproïque, deux anti-épiléptiques. La prise de CBD avec du clobazam pourrait intensifier le mode d’action de ce médicament, augmentant également ses effets secondaires. De plus, l’association de l’acide valproïque et du CBD pourrait causer des lésions au foie.

La deuxième catégorie de médicaments est celle des médicaments qui nécessitent une certaine prudence lors de leur prise avec du CBD. Et ils appartiennent à cette catégorie parce qu’ils augmentent ou diminuent la vitesse à laquelle les enzymes hépatiques sont capables de décomposer les médicaments, ce qui réduit ou intensifie leurs effets.

Comme vous le verrez, il s’agit pour la plupart d’enzymes du cytochrome P450, ou CYP450 en abrégé. Par conséquent, si vous prenez un médicament sur ordonnance appartenant à la catégorie des enzymes CYP450, il est préférable de consulter un professionnel de santé avant d’entamer une prise de CBD.

 

Comment savoir si la prise de CBD est contre-indiquée avec certains médicaments

Toutefois, il existe un moyen plus simple de déterminer si le CBD peut interagir avec votre médicament sur ordonnance. Il s’agit de se demander si la consommation de jus de pamplemousse est sans danger ou non. Cette information vous est normalement donné par votre médecin prescripteur ou se trouve dans les précautions d’utilisation, la notice, de votre médicament.

La Harvard Medical School indique que « le CBD peut augmenter le niveau dans votre sang du coumadine, un anticoagulant, et il peut augmenter le niveau de certains autres médicaments dans votre sang par le même mécanisme que le pamplemousse ».

Par défaut, si vous ne devez pas boire de jus de pamplemousse pendant que vous prenez vos médicaments sur ordonnance, il peut être dangereux de prendre également du CBD. Enfin, si vous prenez actuellement des médicaments sur ordonnance, il est préférable de consulter votre médecin ou professionnel de santé avant de prendre de l’huile de CBD. En plus de vous aider à décider si la prise de CBD est sans danger, ce professionnel de santé peut également vous donner des conseils concernant la dose de CBD qui sera efficace sans provoquer d’effets indésirables.

Dans certains cas, cela peut impliquer de commencer avec une plus faible dose de CBD et de ne passer à des doses plus élevées que lorsque vous savez que cela ne présente aucun danger. Voir pour cela l’article sur le dosage de CBD.

A contrario, pour les personnes qui ne prennent aucun médicament, la prise de jus de pamplemousse avec le CBD permettrait de prolonger les effets et de diminuer la dose. Mais pour cela, il est recommandé de s’adresser à un professionnel compétent.

Pour acheter du CBD bio de qualité : Achats de CBD bio

Références :

Yamaori, S., Ebisawa, J., Okushima, Y., Yamamoto, I., & Watanabe, K. (2011). Potent inhibition of human cytochrome P450 3A isoforms by cannabidiol: role of phenolic hydroxyl groups in the resorcinol moiety. Life sciences, 88(15-16), 730-736.

Elms, L et al. “Cannabidiol in the Treatment of Post-Traumatic Stress Disorder: A Case Series.” Journal of Alternative and Complementary Medicine. Apr 01, 2019; 25(4): 392-397. doi: 10.1089/acm.2018.0437. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6482919/

Ho, P. C., Saville, D. J., Coville, P. F., & Wanwimolruk, S. (2000). Content of CYP3A4 inhibitors, naringin, naringenin and bergapten in grapefruit and grapefruit juice products. Pharmaceutica Acta Helvetiae, 74(4), 379-385.

 

RSS
Follow by Email
LinkedIn
Share